Divagations d'une tomette.

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Dim 7 Oct - 6:36

Gouffre

- Regarde moi ! Dis moi ce que tu vois.
- Je vois un trou noir, une blessure, un gouffre béant. Qui ne semble plus pouvoir être comblé. Je vois un fil. Fin. Terriblement fin. Et dessus, quelqu'un. Moi. Autour un gouffre. Les parois de ce gouffre sont lisses, glissantes. Il est impossible de s'y accrocher. Tout du moins, il semble. Je ne sais même pas si je ne suis pas en train de tomber. Je vois de l'obscurité. Une lueur fugace me fournit l'espoir qui me maintient en vie. Mais je sais que bientôt ça ne suffira plus. Alors j'attends. Je me bats. Contre moi. Il faut que je tienne mais, je le sens, je vais craquer. Bientôt.


Dernière édition par Nola le Lun 8 Oct - 6:25, édité 1 fois
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Altarana le Dim 7 Oct - 9:09

Époustouflant, prenant. Exorcisant.
avatar
Altarana

Messages : 1802
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans la lune ...
Humeur : Telle l'eau d'un océan

http://bernardetlecriture.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Tanya le Dim 7 Oct - 9:10

Emouvant, brisant le coeur...
avatar
Tanya

Messages : 198
Date d'inscription : 20/06/2012
Age : 27
Localisation : Je viens du Sud
Humeur : Joyeuse :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Eliné le Lun 8 Oct - 7:06

Parfois, le silence est plus approbateur que certains mots Wink
avatar
Eliné

Messages : 1529
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 21
Localisation : In my dreams
Humeur : Thinking

http://agencecooki.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Tanya le Lun 8 Oct - 7:20

Je suis d'accord avec toi Eliné.
avatar
Tanya

Messages : 198
Date d'inscription : 20/06/2012
Age : 27
Localisation : Je viens du Sud
Humeur : Joyeuse :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Lun 8 Oct - 7:46

Puisque le précédent vous a tellement plu, j'espère arrivé à ce que celui là vous plaise un peu.


Douleur imposée.

Deux océans de douleurs, d'un bleu limpide, remués par une tempête d'incompréhension et de peur. Ces yeux abritent chacun un vortex noir, un puits sans fond. Une larme coule sur sa joue et s'échoue sur ses lèvres d'un pâle rosé, traçant un sillon que caresse un fin rayon de lune. Elle se sent perdue. Comme ballottée par les vents. Elle est en équilibre sur un fil d'une exquise fragilité, au dessus d'un gouffre. Elle est dans l'obscurité que seule une lueur fugace vient briser. Cette lueur éclaire faiblement son chemin. Cette lueur a un nom. Elodie. Une présence rassurante dans l'obscurité. Une main qui se tend lorsque tous se détournent. Une honnêteté froide. Une confiance naissante. Une compréhension totale. Mais des fois, même cela ne suffit plus.
Un éclair argenté lui mord le bras. Douleur fulgurante. Un sourire froid éclot sur ses lèvres avant de mourir aussitôt. Un ruisseau écarlate coule le long de son bras. Une larme perle au coin de sa paupière. Une larme unique. Seule. Une larme telle un cri. Un cri de douleur. Un cri demandant de l'aide. Voilà de quoi elle rêve.
« Comment en suis-je arrivée là ? »
Il y a peu de temps, elle était populaire. On l'acceptait partout. Elle souriait et, à cet instant, c'était magique. On l'aimait. On l'enviait. On l'aimait pour sa gentillesse, son écoute. On l'enviait pour ses capacités, pour sa beauté. On la disait magnifique. Elle avait un grand corps fin, des épaules recouvertes de fines boucles blondes, de grands yeux bleus et jaune. On enviait son intelligence, ce qui la condamna. On enviait sa différence. Son sourire. Mais tout cela faisait qu'on la détestait. Maintenant, on la plaint. On se demande ce qui c'est passé. Il y a quelques jours elle souriait encore.
Sursaut.
« Tu viens ? »
Elle regarde la main qu'on lui tend et souris. Mentir. Jour après jour. Elle ne veut blesser personne. Elle sait que prendre cette main l'enfoncera dans le mensonge mais elle ne veut pas blesser. Se sacrifier pour les autres, c'est ça sa vie.
«- J'arrive »


Dernière édition par Nola le Mar 9 Oct - 0:16, édité 2 fois
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Eliné le Lun 8 Oct - 8:39

Là, désolée mais je suis obligée de faire des commentaires Razz
Viii ! Je suis une bouée de sauvetage Very Happy ou en tout cas une lueur d'espoir *fière* ^_^
~~Fin de la minute humour~~

C'est très triste et à travers ce texte, on sent une expérience de vécu, indéniablement. Je reconnais le style d'écriture qu'on a dans ces sombres moments pour l'avoir utilisé ces derniers temps. Nos écrits révèlent les tourments de notre âme, alors si tu as besoin de parler, je suis là. :] Dans ces cas-là, il ne sert à rien de mentir puisqu'en faisant ça, on s'enfonce un peu plus chaque seconde dans le noir. Trouve quelqu'un à qui parler pour apaiser cette douleur car je sais qu'elle ne s'efface pas.
avatar
Eliné

Messages : 1529
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 21
Localisation : In my dreams
Humeur : Thinking

http://agencecooki.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Mar 9 Oct - 0:14

Effectivement c'est du vécu. Merci, si j'ai besoin je le ferai.

avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Lunae Jill AS-Moriarty le Mar 9 Oct - 6:56

Elle était là, assise, seule. Elle n’a pas toujours été seule, mais elle regrette. Elle a perdu la parole, mais ça ne l’empêche pas de penser. Elle est jeune, encore, pourtant son chemin touche à sa fin. Ses yeux se perdent dans le vague, déjà, son corps ne frissonne plus sous le froid, elle ne sent plus rien. Même le vent qui souffle en elle, cette tornade qui l’envoie dans les airs et la tue à petit feu, elle ne l’a sent plus. Elle est seule. Seule dans sa tête. Pourquoi n’a-t-elle jamais été comprise ? Elle qui a toujours voulu se mettre dans leurs moules. Dans un moule qui de toute manière, ne lui convenait pas. Un moule qui ne lui aurait jamais convenu. Elle était différente, elle faisait peur. Elle avait pourtant deux bras, deux jambes, un cœur. Elle était pourtant comme toutes les adolescentes de son âge. Le bourdonnement de fond résonne encore à ses oreilles quand elle se lève légèrement, difficilement. On dirait un oiseau… Privé de ses ailes. Elle sûrement dû savoir voler, un jour. Mais certainement cet oisillon n’avait pas eu de support pour retomber. Elle avait dû se crasher… Elle qui aurait pu faire un atterrissage si majestueux. Il y a peu encore, elle était admirée et détestée par beaucoup. Admirée pour sa fragilité, son corps fin et élancé. Haï pour sa prétention. Admirée par son assurance. Haï pour ses facilités… Elle aurait aussi pu avoir une belle vie. Elle était belle. Elle avait été belle. Et intelligente… Intelligence qui lui servait à quoi ? Cette rêveuse inconditionnée…
Sursaut.
Elle sent une main se poser sur son épaule. C’est son ami. Enfin… Une connaissance. Elle n’a pas d’amis. Un jour, elle a dû en avoir. Ou bien pensait-elle en avoir eu. Mais finalement, bien après, elle se rendait compte qu’une amitié, ça n’était rien. Que des liens qui se tissent entre des personnes. Des liens qui peuvent se briser. Aucun lien n’est éternel. C’est comme une pelote de laine… On tisse, on tisse, on tisse, et un jour on prend le ciseau. Et on coupe. On tisse, on tisse, on tisse, et puis un jour, on a plus de tissus. On n’a plus rien à broder. Et on s’éloigne, on se perds…
- Tu ne viens pas ?
Ses yeux qui s’étaient posés quelques secondes sur ce garçon, repartirent dans le vague. Sa folie était douce. C’est cruel, la vie. Vous ne trouvez pas ? On nait, on meurt… Et entre ces deux choses, entre la naissance et la mort, il y a cet horrible truc qu’on appelle vie. Une vie. C’est beau, c’est poétique, c’est harmonieux dit comme ça. Mais la vie, elle aussi le pensait, car pour elle, sa vie ne se résumait qu’à ça. Qu’à une suite de mots qui pulsaient en elle. Souffrance. Pour elle, la vie n’était pas plus qu’une existence non choisie. Solitude. On ne choisissait pas de vivre, on vit. Peur. Et puis l’instinct. Ce mot par lequel on désigne une tendance naturelle existante chez les individus de la même espèce. Il lui fait sourire ce mot. C’est à cause de lui qu’elle vit encore. Parce qu’il prend le pas sur sa volonté. Sa volonté… Elle est pourtant inébranlable. Elle sait tenir ses paroles, ses promesses, ses objectifs. Elle savait, du moins. Elle est seule. Dans la solitude, rien ne tient, on essaie juste de survivre et d’avancer encore un mètre ou deux. Dans la solitude, ni valeurs, ni principes ne tiennent.
- Pour quoi faire ?
Sa voix était chevrotante, fragile, faible. Triste à pleurer. A faire chavirer les défenses des plus grands manipulateurs. A faire fondre de désespoir la plus enjouée des petites filles.
Ses mains s’accrochèrent au mur, une inspiration… C’était une difficulté, de se lever… Il fallait avancer. Elle ne voulait pas avancer. Elle voulait mourir.
Un mot, unique, tournait dans sa tête. Tragédie. Sa vie ressemblait à une tragédie. Elle était calme, facile. Elle se déroulait tranquillement.
Ses yeux étaient toujours perdus dans le vague. Rêvait-elle éveillée ? Elle perdrait bientôt la vue… Pourtant, quelques mois plus tôt, sa bouche s’ouvrait encore, elle parlait facilement. Elle était épanouie. Elle époustouflait par sa bonne humeur autant que par la beauté de son sourire et de ses dents si blanches. Elle souffrait, mais elle encaissait. Elle avait toujours tout encaissé pour donner tellement aux autres. Et puis, tout avait implosé. C’est triste, non ? On donne, on donne, mais jamais on ne reçoit. Maintenant, elle était dans sa bulle. Amputée de sa joie de vivre. Piètre fille. Elle faisait presque pitié. Dans les yeux de ses camarades, de ses ex-amis, pourtant, les souvenirs rayonnait toujours autant. Ils voulaient retrouver et conserver la jeune fille qui portait avec elle le bonheur, ils ne voulaient pas d’une écorchée vive qui ne savait plus vivre. Ce n’était pourtant pas compliqué, de vivre, pensaient-ils, c’est inné. Pourquoi n’y arrive-t-elle pas ?
Elle n’était pas de celle à qui on disait « non » facilement, il y a 6 mois. Difficile de dire « non » à une fille qui venait vous voir avec son éternelle bonne heure et son magnifique sourire. Et ses yeux pétillants de vie et d’intelligence. Elle avait de bons résultats, et des capacités que beaucoup lui enviaient quand elle disait qu’elle ne touchait pas son sac du week-end… Oui, c’est vrai, elle avait tout ce qu’elle voulait. Il faut dire qu’elle n’était pas exactement ce qu’elle paraissait être. Ce « paraître » si fort et si inutile. C’est facile, de mentir. Facile de manipuler. Tout ça, elle, elle n’en avait pas conscience. Quelle bonne manipulatrice elle faisait, avec son insouciance feinte. Mais tout ça, elle l’ignorait. Elle, tout ce qu’elle voulait, c’était toucher le bonheur du doigt. Est-elle heureuse là où elle est maintenant, au pays des rêves, des milles étoiles, et où l’impossible devient possible ? Sait-elle qu’elle arrive au bout du chemin et que bientôt, il lui faudra revenir à la réalité pour le dernier saut ? Elle a toujours aimé ne rien savoir. Après tout, ne rien savoir, c’est pas si mal… Ne pas avoir le poids de faux pas sur ses épaules, le poids des conséquences et des choses que l’on pourrait dévoiler qui nous oblige à tenir la bouche fermée. Mais au final, sa bouche s’est clôt et toutes les commères qui l’entourait, oui, leurs langues à elles marchaient encore très bien. C’est ironique, le destin. C’est paradoxal, la vie. On fait tout ce qu’on peut pour ne pas faire quelque chose, pour ne pas avoir quelque chose, mais on finit tout de même par choper la merde que l’on voulait éviter. La vie est remplie d’injustices. Au moins, maintenant, elle le sait.
Tout lui paraissait si vaste et pourtant si étroit. Elle se sentait mal à l’aise entre les murs. Elle qui avait toujours rêvé de plaines, elle se retrouvait à gravir de malheureux escaliers, appuyée sur un gars qu’elle savait apprécier. Qu’elle savait apprécier. Elle était vide, l’orage qui avait grondé en elle quelque mois s’était éteint. Il avait tout dévasté en elle, laissant seulement une terre des sentiments infertiles. Mais qu’importe, désormais, la fin était proche. A bout de souffle, elle était arrivée en haut. Il ne lui restait plus qu’à sauter et ses supplices seraient finis… Le garçon lui pressa le poigné, lui indiquant le chemin. Elle n’avait pas de force… Elle voulait crier, hurler, elle voulait qu’ils l’entendent… Elle ne pouvait rien faire. Elle se laissait entraîner comme un brin d’herbe dans un torrent. Elle avait toujours aimé les torrents, mais maintenant qu’elle était plongée dans celui qui l’a mènerait vers la fin, naviguant au gré des courants dans l’eau sombre et glacée que les Hommes appellent vie. Une vie. On dit n’en avoir qu’une, et à quoi se limite-t-elle ? Un amas de cellules qui se reproduisent. Et quand elles cessent leur activité comme les abeilles arrêtent de butiner en hiver, paf, c’est la fin.
- Élodie ?
Elle tourna lentement la tête. Elle reconnaissait encore son prénom. Elle savait pourtant ne pas être la seule à le porter. C’est comique, un prénom. On dit être unique mais personne n’a un prénom seulement pour lui. Est-ce mettre en valeur l’unité ? Elle l’avait surement aimé ce prénom qui aujourd’hui la répugnait. Identité. Cette chose complexe que l’Homme essaie de conditionner derrière un nom, un prénom, des dates et des lieux. C’était donc ça, une identité ? Elle, elle ne savait plus ce qu’elle était. Ni qui elle était. Pourtant elle avait cette identité, sur cette chose appelée « carte d’identité ». Élodie Mendes. Née le 25 Mai 1995. A Marseille. Oh, oui, elle l’avait, cette identité, mais elle ne savait pas qui elle était.
Elle ne se sentait pas bien. Son corps partait en vrille, elle le savait. Tout pour elle n’était que souffrance. Le monde était souffrance. Joli mot pour une chose tellement moins belle… Mais elle, elle trouvait que souffrir était le seul moyen de savoir si elle était morte ou vivante. Du moins si la mort n’était pas la même chose que la mort. Après tout, qui sait si la mort n’est pas souffrance elle aussi ? Elle eut un haut-le-cœur. Son genoux, ses jambes, son ventre et son dos la torturaient
Elle ne savait pas où elle allait. Elle avançait juste à contre-courant. Ou peut-être ne savait-elle que trop bien où ce fleuve allait la mener. Après tout, sa seule issue, c’est la mort. Elle n’avait jamais demandé des choses folles, juste ces petits riens que tout le monde offrait. Que tout le monde recevait. Juste un peu d’amour, d’attention et d’affection. C’était pas grand-chose, pour le monde. Mais pour elle, ces mots et ces gestes qui pavent sa vie prennent pour elle tellement de sens et de signification qu’un simple « Je t’aime » lui aurait donné la larme à l’œil. Elle voulait pas grand-chose. On lui offrait tout ce dont elle n’avait pas besoin. L’Homme, cet être qui se croit supérieur mais qui oublie tout ce que la nature lui a apprit. Tout ce qu’elle a fait de lui. Il passait à côté des plus belles choses…
avatar
Lunae Jill AS-Moriarty

Messages : 105
Date d'inscription : 18/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Mar 9 Oct - 7:05

Tu ne comprends pas je crois, je ne suis pas seule. Je suis plusieurs. Je suis moi, moi et moi. Mais rien de tout ça. Je te paraît triste, mais qu'est ce que ne pas l'être pour toi ? Je pense que l'on n'a pas la même perception du mot tristesse. Moi je me trouve normale. Juste normale. Mais, toi comme les autres n'acceptaient pas la différence. Alors je te dis : FUCK
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Mar 9 Oct - 18:27

Allongée sur un matelas, la respiration laborieuse, un râle monte de sa poitrine. Les larmes ne veulent pas sortir. Elle ferme les yeux et admire l'horreur qui règne en elle. Un chaos d'une merveilleuse beauté. son esprit à repris toute la place. Les murailles ont volés en tout sens. Elle s'est effondré quelques heures auparavant. Maintenant, elle réfléchie. Il est quatre heures du matin et elle s'écroule. Contre elle, elle serre son plus vieil ami. Une grenouille fabriquée à la chaîne. Les yeux fermés, elle enferme son être dans un coin de son esprit. Une nouvelle douleur est apparue en elle, solitude. Une force est revenu. Combativité. Elle qui était partie quelques jours avant. Avec sa volonté elle bouche les trous. Elle décide qu'elle n'aura pour l'instant qu'un but. Rendre heureux. Elle s'oublie pour laisser place à une Eponge parfaite. Un être presque inexistant. Elle fixe un sourire sur ses lèvres. Elle se donne 10 jours. Dans 10 jours, elle retombera. Elle se reconstruira. Elle sait maintenant comment faire. Elle peut s'oublier, se remodeler à volonté. Elle est devenu son propre jouet. Elle a compris comment cessé de souffrir. Comment annuler sa malédiction. Mais, la souffrance lui plaît. Elle est son amie. Alors, défi pour la vie elle se réveille. Une main dans celle de la mort et l'autre dans celle de la souffrance.
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Mar 9 Oct - 18:28

Je rêve tellement d'avoir été,
que je vais finir pas tomber
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Altarana le Mer 10 Oct - 2:34

Très beau mais très noir ...

Naëlle, pourquoi tu postes tes textes sur son topic ?
avatar
Altarana

Messages : 1802
Date d'inscription : 14/05/2012
Age : 19
Localisation : Dans la lune ...
Humeur : Telle l'eau d'un océan

http://bernardetlecriture.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Ipiu le Mer 10 Oct - 3:43

sérieux, est-ce que je suis la seule que ça fait flipper? o.O
Nola si quelque chose ne va pas, tu peux en parler, je suis d'accord avec Eliné, mais soit franche, je ne comprendrais pas si tu parle de maniére détournée
et tes textes sont trés beaux, même si un peu sombre, ton talent ne s'arrête pas qu'aux choses tristes, le noir entretient le noir, en sortir c'est mettre des couleurs (hein ElinéWink ).
Par contre je ne comprends pas l'intervention de Naëlle et ta réponse...
moi je suis une personne simple, alors expliquez vous sans détours, noon mais!
Razz *arc en ciel au milieu des nuages* ("nan je suis pas baba cool!" >.<)

_________________
poussin ********** poussin ********** poussin ********** poussin ********** poussin
ATTENTION AUX FAUTES D'ORTHOGRAPHE! RELISEZ-VOUS AVANT DE POSTER MERCI!^^   Very Happy
avatar
Ipiu
Admin

Messages : 2221
Date d'inscription : 21/06/2011
Age : 22
Localisation : chocoland world
Humeur : Espiégle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Lunae Jill AS-Moriarty le Mer 10 Oct - 4:34

Je ne poste pas des textes, j'en ai posté un. Pourquoi ? Parce qu'il est destiné à Nola.
Et que le truc, c'est qu'elle, elle a comprit.
avatar
Lunae Jill AS-Moriarty

Messages : 105
Date d'inscription : 18/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Tanya le Mer 10 Oct - 5:08

C'est très noir, émouvant et même si on ne se connait pas, je suis plutôt d'accord avec les autres, il faudrait en parler.
avatar
Tanya

Messages : 198
Date d'inscription : 20/06/2012
Age : 27
Localisation : Je viens du Sud
Humeur : Joyeuse :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Mer 10 Oct - 5:47

Vous en faites pas c'est des textes. Et je sais que je peux vous parlez si j'ai besoin ^^ Mais merci les filles !
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Tanya le Mer 10 Oct - 5:53

Tant mieux Smile
avatar
Tanya

Messages : 198
Date d'inscription : 20/06/2012
Age : 27
Localisation : Je viens du Sud
Humeur : Joyeuse :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Eliné le Mer 10 Oct - 8:36

Ipiu a écrit:sérieux, est-ce que je suis la seule que ça fait flipper? o.O
Oui et non. Quand on a ressenti ça, on sait ce qu'il faut pour s'en sortir de cette période noire. Du temps, de la patience et ne pas oublier les personnes qui vous aiment.

Ipiu a écrit:Nola si quelque chose ne va pas, tu peux en parler, je suis d'accord avec Eliné, mais soit franche, je ne comprendrais pas si tu parles de manière détournée.
et tes textes sont très beaux, même si un peu sombre, ton talent ne s'arrête pas qu'aux choses tristes, le noir entretient le noir, en sortir c'est mettre des couleurs (hein Eliné Wink ).
Comme marqué sur ma bann',
Dream your life in color, it's the secret of hapiness...
Walt Disney
Le noir est certes une couleur, mais ce n'est pas celle qui colore notre vie. Notre vie est faite de nuances et de teintes différentes. Certaines sotn sombres et amères et d'autres cachées derrières sont chaudes et joyeuses.

Ipiu a écrit:Par contre je ne comprends pas l'intervention de Naëlle et ta réponse...
moi je suis une personne simple, alors expliquez vous sans détours, noon mais!
Razz *arc en ciel au milieu des nuages* ("nan je suis pas baba cool!" >.<)
J'ai compris en voyant le texte de Naëlle qu'il était destiné à Nola, alors je n'ai pas cherché à le déchiffrer. Il est pour elle et elle l'a compris Wink
avatar
Eliné

Messages : 1529
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 21
Localisation : In my dreams
Humeur : Thinking

http://agencecooki.lebonforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Mer 10 Oct - 18:23

Ecoute moi, toi ! Ombre collante du passé et peut être de l'avenir. Tu as décidé de ne plus être dans mon présent alors laisse moi en paix ! J'aimerai te dire que je ne t'en veux pas mais c'est faux. Alors je te dis CASSE TOI ! Fous moi la paix ! Laisse moi m'exprimer en paix ici. Regarde si tu veux mais débrouille toi pour que je ne m'en rende pas compte.

Dans la cour d'un collège, une jeune fille en boule sur elle même s'écroule. Assise par terre, les genoux ramenés contre elle, elle ne peut faire semblant. Ses amis la regardent sans comprendre. Une larme roule sur sa joue gauche. Puis une autre sur la droite. Ca faisait deux ans qu'ils ne l'avaient pas vu pleurer. Sa respiration est laborieuse. Elle plonge son regard dans la fille devant elle et s'y accroche. Fort. Comme à une bouée de sauvetage. Elle lui ouvre la porte de son âme et l'y entraîne et l'y perdant. Deux jours et déjà une qu'elle a détruit en Lui obéissant. Elle n'a pas le droit de tomber. On lui a interdit. Alors elle s’appuie sur les autres et les écrase. Un par un. Elle ne tombera pas, mais combien tomberont pour elle ?

avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Lunae Jill AS-Moriarty le Jeu 11 Oct - 3:35

Elle marche, encore. Elle marche, toujours. Seule, comme avant, comme après, comme elle n'a pas toujours été. Elle avait une amie. Petite Élodie marche seule. Et puis, elle aperçoit un pont. Un pont de verre, un pont de diamant qui s'effrite. Il passe au dessus du gouffre. Il passe au dessus de la mort. Il va bientôt tomber. De l'autre côté, elle l'aperçoit. C'est cette main, tendue. Petite Élodie hésite. C'est cette main, la seule qu'elle peut attraper, qui s'éloigne de plus en plus loin. Bientôt, elle sera loin, impossible à rattraper. Et le pont, impossible à passer. En elle, deux choix s'ouvre à elle. La main, ou la mort. C'est maintenant ou jamais. Petite Élodie prend son courage à deux mains, et se met à courir. Derrière son passage, le pont s'écroule. En une fraction de seconde, tout peut basculer. Fallait juste entre dans le temps. Ni en avance, ni en retard.
Il y a des certitudes qui ne s'effacent pas et des rêves qui deviennent réalité. Parce que c'est dans l'obscurité que la Lune se met à briller.
avatar
Lunae Jill AS-Moriarty

Messages : 105
Date d'inscription : 18/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Jeu 11 Oct - 6:16

Elodie, le pont sera là à jamais pour toi. Et la main toujours tendue. Les bras toujours ouverts. Je te le promets. Le diamant, ça ne s'écroule pas, ça se raye. Mais une rayure, c'est rattrapable.
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Lunae Jill AS-Moriarty le Jeu 11 Oct - 6:50

Au pays des flammes et des écorchés, au pays des blessés, des tués, elles avancent. Des Enfers dans l'Eden, des étoiles dans l'orage. Des étoiles dans l'obscurité.
avatar
Lunae Jill AS-Moriarty

Messages : 105
Date d'inscription : 18/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Jeu 11 Oct - 7:48

Alors qu'elle devrait être soulagée, elle pleure sans savoir pourquoi. Elle a envie de trouver quelqu'un et de se blottir dans ses bras. De tout oublier. Mais elle sait que ça ne lui est pas permis. Alors elle sourit, d'un sourire qui ferait pâlir les étoiles. Elle brille de tous feux. Sa douleur se transforme en bonheur pour les autres. Elle chante la vie qu'elle n'aura jamais et s'offre au monde.
Elle marche, mais plus seule. Au milieu des flammes de l'enfer, du soleil du paradis, des forêts luxuriantes ou du désert aride. Elle marchera toujours et ne baissera jamais les bras. Parce qu'elle le veut. Seulement pour ça.


Dernière édition par Nola le Mer 17 Oct - 8:08, édité 2 fois
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Nola le Jeu 11 Oct - 8:04

Sur un fil d'une fragilité parfaite danse une jeune fille. Ses cheveux blonds volent autour de sa tête. Ses yeux bleus hurlent. Elle danse pour que personne ne la voit vraiment. La meilleure manière façon d'éviter les questions, c'est de fournir des réponses. Elle danse. Au dessus d'un gouffre qui l'attire indéniablement. L'inconnu l'attire inévitablement. Un jour elle cessera de se battre. Bientôt. Peut être maintenant. Pour l'instant, elle se bat. Chaque bataille l'affaiblit. Amincit le fil. Un jour, bientôt, elle tombera. Peut être que quelqu'un la relèvera.


Dernière édition par Nola le Mer 17 Oct - 8:09, édité 3 fois
avatar
Nola
Admin

Messages : 2252
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Divagations d'une tomette.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum